fbpx

Mes premiers pas dans la réalisation de mon rêve

réaliser rêve écrire

Voilà déjà un mois que je me suis lancé le défi de réaliser mon plus grand (et mon plus vieux) rêve, qui est d’écrire un livre. Et j’ai décidé de vous faire un petit retour de mes premiers pas dans cette aventure. L’idée est de vous montrer qu’il est possible de se lancer dans l’inconnu, dans une pratique que nous ne maitrisons pas, et de malgré tout réussir à relever un défi (oui bon d’accord ce n’est pas encore gagné mais un pas à la fois, et puis moi j’y crois !). Donc si ton rêve est très différent du mien, ne te sauve pas, certains conseils te seront tout de même utiles. Et qui sait, peut-être que certain(e)s d’entre vous ont un rêve similaire au mien, et trouveront quelques tuyaux. 

Remarque : si vous voulez en savoir plus sur le pourquoi du comment de ce défi fou (200 jours pour écrire un roman), et pourquoi dans ce laps de temps, je vous conseille (si ce n’est pas encore fait) de lire le premier article sur le sujet : ici  . 

Les leviers et les freins de mon objectif

En coaching, lorsqu’une personne vient me voir pour atteindre un nouvel objectif, on commence souvent par rechercher les leviers et les freins qui pourraient influencer la poursuite de ce but à atteindre. J’ai donc démarré de cette façon avec moi-même. Je m’auto-coache ^^ 

Les leviers

Pour bien démarrer un nouvelle activité (qu’importe le domaine), il est important de s’assurer que nous avons des ressources sur lesquelles nous appuyer. Les leviers peuvent se présenter sous forme d’outils, de qualités, de traits de caractère, de compétences, etc. En gros ce sont toutes les choses qui peuvent nous aider à réussir à mener à bien notre projet. 

Les freins

Vous l’aurez deviné, les freins représentent, au contraire, ce qui peut nous empêcher d’atteindre notre objectif. Et eux aussi prennent différents formes ; défaut, fausses excuses, croyances limitantes, contraintes, lacunes, etc. Vous allez me dire « mais à quoi bon perdre du temps à repérer tout ce qui pourrait nous faire échouer ? » La réponse est simple : pour se préparer aux obstacles possibles. Pour anticiper et trouver des solutions si ces obstacles se présentent. Ca évitera d’être bloqué et/ou de perdre sa motivation en cours de route. 

Comment utiliser ses leviers et ses freins ? Mon exemple

Premièrement, prenez le temps d’y réfléchir et de les lister. 

Voici un exemple : 

Pour ma part, mes freins étaient : 

  • ma peur de ne pas être dans les temps
  • ma peur de ne pas réussir à créer une intrigue
  • ne pas savoir par quoi commencer
  • mon manque de concentration 
  • mon indécision et ma capacité à m’éparpiller
  • mon manque de connaissance au sujet de l’écriture 
  • ma peur de ne pas réussir à écrire un livre entier (des centaines de pages) 

Et mes leviers étaient : 

  • mon imagination 
  • mon optimisme 
  • le livre « Ecriture » de Stephen King que j’ai lu il y a un an (et qui est rempli de conseils)  
  • mon expérience d’écriture lors de deux ateliers 
  • internet qui regorge de forums et de blogs au sujet de l’écriture 
  • mon expérience en tant que lectrice 

Deuxièmement, réfléchissez à la manière dont vous allez supprimer ces freins (ou au moins diminuer leur impact) et la façon dont vous allez utiliser vos leviers.

Vous verrez que souvent, certains de vos leviers peuvent pallier à certains freins. Et c’est pour cette raison que la première étape est importante. Elle permet de prendre du recul et de ne plus être focalisé uniquement sur ses freins. 

Je vous montre avec mon exemple

Pour ma peur de ne pas être dans les temps, j’avais le choix entre :

  • me créer un rétro-planning (mais pour cela il fallait connaître toutes les étapes nécessaires à la bonne réalisation de mon objectif et je ne les connaissais pas) 
  • me dire que je fais de mon mieux ET décider d’avancer sur mon projet à chaque fois que j’ai du temps libre (pas d’excuse). Persévérer mais sans pression. 

Pour ma peur de ne pas réussir à créer une intrigue, un de mes leviers m’a aidé – l’expérience des ateliers d’écriture – à diminuer son intensité.  Pendant cette expérience, la personne qui animait l’atelier m’avait dit « c’est bien, il  y a du suspens, on a envie de connaitre la suite ». Comme quoi les petites réussites sont importantes. 

Petit point coaching « confiance en soi » : lorsque vous n’avez pas confiance en vous dans un domaine, une situation, lancez-vous ! Commencez par lister les actions que vous pourriez réaliser dans ce fameux domaine ou cette situation, puis hiérarchisez ces actions de la plus facile à la plus difficile, et enfin, allez-y, (une action à la fois) ! Vous verrez dès que vous réussirez la première vous serez boostée pour réaliser la seconde, et ainsi de suite. Vous renforcerez votre confiance en vous en un clin d’oeil (ou presque).  

Pour le fait que je ne savais pas par quoi commencer, j’ai cherché les informations dont j’avais besoin ! La magie du 21ème siècle, profitons-en ! Je vous partage, plus bas, ce que j’ai trouvé.  

Pour mon manque de concentration j’ai réfléchi à me construire un environnement optimal.

  • Soit je bosse chez moi dans un bureau rangé (pour faire de l’espace dans mon esprit), sans distraction (iPhone en mode avion, ordinateur déconnecté, pas d’horloge, boules qui-est-ce, etc).
  • Soit je me trouve un endroit dans la nature, un endroit où je me sens bien (et si vous avez suivi mes aventures sur Instagram, vous avez pu comprendre que ce n’était pas facile ^^).

Pour mon indécision et ma peur de m’éparpiller, j’ai commencé par accepter ce côté de moi car être en lutte avec soi-même n’aide pas à croire en soi ! Et j’ai décidé de prendre le temps qu’il faudrait pour construire mon plan et mes personnages. Plus j’aurai de « contraintes » moins je m’éparpillerai (Cf les ateliers d’écriture créative). Et surtout je lâche-prise, je me répète qu’il n’y a pas UN seul bon choix. Surtout dans l’écriture, tout est possible… Il faut « simplement » que j’assume mes choix. 

Pour mon manque de connaissance en terme d’écriture, j’ai décidé de m’appuyer sur les ressources à ma disposition (le livre « Ecriture », les blogs et forums sur le sujet, mes notes prises lors des ateliers). Et je reste ouverte à la possibilité de faire appel à une aide extérieure, un(e) coach en cas de besoin. Affaire à suivre…

Pour ma peur de ne pas réussir à pondre des centaines de pages, je relativise (une page à la fois) et je me souviens des petites réussites passées (je pensais ne pas pouvoir pondre un mémoire pendant mes études et pourtant j’ai réussi, et j’avais même trop de pages !)

Coté leviers, je sais que mon optimisme est une force de caractère qui m’aidera à croire en moi et en la faisabilité de mon projet. Quant à mon expérience de lectrice, elle m’aide à orienter mes choix pour construire un certain style d’écriture. 

Retenez que vous devez trouver un équilibre entre freins et leviers. 

Construire les bases et le plan

Lorsque l’on se lance dans un nouvel objectif, si avance « au feeling », il y a beaucoup de chance qu’on n’arrive pas là où on avait prévu d’arriver. C’est un peu comme un voyage, ça se prépare un minimum. Si vous voulez être certain(e) d’arriver à la destination souhaitée, vous allez faire le plein d’essence, prendre votre Gps et prévoir un itinéraire. 

Et bien, c’est ce que j’ai fait avec mon objectif ! 

J’ai commencé par créer les fiches de mes personnages. Enfin pour tout vous dire, je n’ai pas fini. Mon héroïne me donne du fil à retordre… Du coup, en parallèle, j’ai commencé à construire le plan de mon roman, histoire d’y voir un peu plus clair.

Si l’écriture vous intéresse, j’ai trouvé de bons conseils pour construire un plan et une super trame pour créer ses fiches de personnage sur ce site

Prochain objectif : finir la fiche de mon héroïne et détailler mon plan qui,  pour le moment, n’est qu’un premier jet.

Mon ressenti par rapport à mes premiers pas dans la réalisation de mon rêve

Je me suis rendue compte que tout objectif (même créatif) demandait une certaine préparation. Et moi qui aime l’organisation et la planification (défaut professionnel) cela m’a rassuré !
Me concentrer sur mes leviers m’a permis de booster un peu ma confiance en moi, de quoi démarrer assez vite. Mon dieu qu’est-ce que ça sera quand j’aurai atteint mon objectif ! J’ai tellement hâte…
Par contre, je me suis aussi rendue compte qu’il était terriblement difficile de s’octroyer du temps pour ce qui est important pour soi. C’est fou car je passe mes journées à dire à des nanas de penser à elle. Et moi je peine à me trouver assez de temps pour écrire ou plutôt à faire ce que j’aime une priorité. Je pensais qu’écrire deviendrait une routine assez naturelle mais finalement un mois après, je me rends compte que le temps à passé beaucoup trop vite. Si je veux réussir à relever le défi, il va falloir que je m’active et que je change la donne ! 
Donc j’ai changé mon fusil d’épaule et plutôt que me dire « j’écris à chaque fois que j’en ai l’occasion » (objectif beaucoup trop flou), j’ai décidé dès aujourd’hui (tiens c’est la rentrée, coïncidence ? je ne crois pas !), de me bloquer au moins 3h tous les dimanches à cela (et c’est le minimum je pense). Mais comme pour toutes les nouvelles habitudes, il vaut mieux commencer petit. Quitte à en faire plus que prévu. Que de voir grand, de ne pas y arriver, se culpabiliser et perdre sa motivation.  

Et vous, vous arrivez à vous octroyer du temps pour ce qui compte vraiment ? 

Partagez sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nullam ut suscipit odio elit. efficitur. Praesent dolor. Donec